Assurance immobilière Berne

En dépit de chiffres liés aux sinistres plus élevés que l’année précédente, l’Assurance immobilière Berne (AIB) affiche des résultats annuels réjouissants. Les assurés en ont profité par le biais d’une nouvelle participation à l’excédent. L’AIB poursuit par ailleurs son important travail de prévention.

Pour l’AIB, les dommages – 22 447 au total – ont été plus importants en 2017 que l’année précédente, de même que les coûts liés aux sinistres. Les principales causes sont deux grands incendies ayant occasionné chacun quelques millions de francs de dégâts ainsi que de graves intempéries. Et notamment une tempête de grêle qui a entraîné en l’espace de quelques minutes des dégâts à hauteur de 19 millions de francs le 31 mai dans la région de Thoune. Un deuxième épisode de grêle survenu le 8 juillet a provoqué 1855 dommages dus aux éléments naturels, pour une somme totale de 10,5 millions de francs dans les régions du Seeland et de la Haute-Argovie. À signaler encore un orage d’été dans les régions de Mühleberg et de Konolfingen (3 millions de francs).

La somme totale de 95,8 millions de francs se répartit entre 59,2 francs de dommages dus aux éléments naturels et 36,6 millions de dégâts causés par des incendies. Ces chiffres sont nettement supérieurs à ceux de l’an passé, même si le montant moyen des dommages de 114 millions de francs des 15 dernières années n’a pas été dépassé. Grâce notamment aux bons rendements obtenus sur ses placements, l’AIB est une nouvelle fois en mesure de distribuer une participation à l’excédent de 30 millions de francs. Les assurés profiteront ainsi d’une réduction de primes d’environ 15 pour cent sur leur facture annuelle 2019.

Dans le canton de Berne, un tiers des dégâts causés par des incendies de bâtiments sont dus à la foudre. C’est pourquoi, l’AIB a lancé en 2016 une campagne de prévention sensibilisant les propriétaires de maisons à ce risque et leur a fait une offre attrayante : pour toute installation spontanée d’un système de protection contre la foudre, l’AIB rembourse jusqu’à 2500 francs sur les frais d’installation. Sur la seule année 2017, quelque 500 propriétaires en ont profité. L’AIB a ainsi versé près d’un million de francs à ce titre. Au vu de la demande qui ne faiblit pas, la campagne sera reconduite en 2018. Parallèlement, l’AIB a répondu au souhait de sa clientèle en introduisant un système d’homologation pour les sociétés spécialisées dans la protection contre la foudre. La liste des sociétés spécialisées dans la protection contre la foudre suscite un vif intérêt.

« Veillez sur moi, quand je m’éveille, bon ange, puisque Dieu l’a dit, et chaque nuit, quand je sommeille, penchez-vous sur mon petit lit » : par l’action « Ange gardien », l’AIB s’est donnée pour mission de protéger les tout petits et leur famille, en offrant aux jeunes parents un détecteur de fumée. Ce sont ainsi 2903 nouveau-nés qu’elle « protège » et 158 communes ainsi que leurs corps de sapeurs-pompiers participent à l’action.

 

Le concept novateur CasaSegura, visant à protéger de manière simple et peu onéreuse la basse-ville bernoise contre des incendies de grande ampleur au moyen de détecteurs de fumée reliés en réseau, suscite de l’intérêt dans toute la Suisse. Après une phase de test, l’AIB qui est initiatrice du projet a fondé le 15 juin 2017 l’association CasaSegura, conjointement avec l’Association des propriétaires fonciers (APF), la Bourgeoisie de Berne, la Guilde de la vielle-ville de Berne unie et la Ville de Berne. À Berne, le système de protection incendie est déjà installé dans 16 bâtiments et 50 nouvelles installations sont prévues en 2018. Dans le cadre de ses efforts de prévention, l’AIB assume 25 pour cent des frais d’installation.

Des estimations régulières sont indispensables pour assurer les bâtiments à leur valeur correcte. Normalement, il faudrait y penser tous les 15 ans ou après des travaux de grande ampleur. Cette année encore, les experts de maisons de l’AIB ont procédé à 35 000 estimations, préservant ainsi les clientes et clients d’une couverture insuffisante en cas de sinistre. Ces cinq dernières années, l’AIB a nouvellement estimé 140 000 maisons, soit plus d’un tiers des bâtiments du canton de Berne – et rempli ainsi son mandat légal qui consiste à les assurer à leur juste valeur.

La collaboration entre les différents corps de sapeurs-pompiers est restée une préoccupation essentielle pour l’AIB en 2017. Du point de vue de la rentabilité, il est intéressant pour eux d’acheter et d’exploiter conjointement le matériel et les véhicules. L’appel d’offres en vue de l’acquisition de quatre échelles automobiles pour véhicules d’intervention destinés aux villes de Berne, de Berthoud et de Bâle, un projet piloté par l’AIB, en est un exemple récent. À partir de 2018, les pompiers bernois pourront par ailleurs acheter du matériel au centre d’approvisionnement de l’Assurance immobilière du canton de Zurich à des conditions avantageuses.

En outre, des collaborateurs du centre de renfort spécial viendront en aide aux corps de sapeurs-pompiers locaux dès le 1er janvier 2018. Ces spécialistes sont formés à l’utilisation d’appareils de protection respiratoire de longue durée, disposent d’un équipement adéquat et interviennent rapidement et efficacement en cas d’incendie majeur.

Dans le cadre de sa stratégie climatique, l’AIB investit aussi dans des projets immobiliers durables. Par exemple, dans son projet de Burgernziel, qui prévoit la construction, en association avec la coopérative de construction de logements wbg8, d’un complexe résidentiel et commercial conforme aux exigences de la société à 2000 watts et qui fait office de projet phare pour un mode de construction durable. Les travaux devraient commencer en automne 2018. La stratégie climatique implique aussi d’investir dans des projets qui rendent possibles de nouvelles formes durables d’habitation. Dans le complexe moderne Box d’habitation smart living à la Winterholzstrasse, Bümpliz-Oberbottigen, 33 appartements locatifs verront le jour sous la conduite de l’AIB.

L’AIB charge régulièrement des bureaux d’ingénieurs spécialisés de calculer les dégâts potentiels liés à des catastrophes naturelles. En 2017, il s’agissait de crues. Des nouveaux modèles de calcul, encore plus précis, ont été utilisés. Les résultats influencent de manière décisive la politique de réassurance de l’AIB.