Rapport de situation 2017 : « Des pas importants vers l’avenir numérique »

Jörg Kaufmann, président du conseil d’administration, et Ueli Winzenried, président de la Direction, peuvent se réjouir de la bonne année réalisée par l’Assurance immobilière Berne (AIB) et ses sociétés affiliées.

2017 a-t-elle été une bonne année pour l’AIB ?
Ueli Winzenried : Oui, même si les dommages ont été nettement plus importants que l’année précédente. Cette augmentation est due principalement à la grêle qui a frappé deux fois les régions de Thoune, du Seeland et de la Haute-Argovie. Grâce notamment aux bons rendements obtenus sur les placements, l’exercice 2017 s’est tout de même clôt sur un bénéfice consolidé de 9,7 millions de francs. Nos clientes et clients en profitent également, étant donné que les primes restent basses et que les propriétaires de maisons ont droit pour la sixième fois consécutive à une participation à l’excédent. Le montant redistribué s’élève cette année à 30 millions de francs, ce qui représente une réduction de primes d’environ 15 pour cent qui sera créditée sur leur facture annuelle 2019.

Jörg Kaufmann : Sans nos collaboratrices et collaborateurs, de tels succès ne seraient pas possibles. Ils méritent nos remerciements. L’année dernière, l’AIB et ses sociétés affiliées ont employé en moyenne 205 collaboratrices et collaborateurs. Afin que notre entreprise poursuive à l’avenir son évolution positive, la plus grande attention est portée aux risques qui sont en augmentation. Par le biais d’un dispositif de gestion des risques et d’un système de contrôle interne, le conseil d’administration assume la responsabilité suprême de la gestion des risques pour l’AIB et ses sociétés affiliées. Dans ce contexte, c’est lui qui décide des stratégies et du concept de réassurance que les dirigeants des sociétés opérationnelles sont chargés de mettre en œuvre.

Quels sont les événements qui ont marqué le Groupe GVB cette année ?
Ueli Winzenried : J’aimerais citer en particulier le développement et l’introduction de l’application pour les estimations et les conseils. La plupart des processus peuvent désormais avoir lieu sans papier et s’orienter encore mieux sur les besoins spécifiques de notre clientèle. Nous avons en outre fait nos premières expériences avec le traitement « smart » des sinistres. Les dommages peu conséquents, comme des graffitis sur une maison, se règlent ainsi en peu d’étapes via smartphone. Il s’agit pour nous d’étapes importantes de notre stratégie numérique 2025. Avec 35 000 estimations, un gros effort a une nouvelle fois été fourni pour protéger la clientèle d’une sous-assurance en cas de sinistre. Ces cinq dernières années, l’AIB a ainsi nouvellement estimé 140 000 maisons, soit plus d’un tiers des bâtiments du canton de Berne.

« Avec 35 000 estimations, un gros effort a une nouvelle fois été fourni pour protéger la clientèle d’une sous-assurance en cas de sinistre. »
  • Ueli Winzenried, président de la Direction, AIB

Comment les sociétés affiliées se sont-elles développées ?
Jörg Kaufmann : Leur évolution continue d’être très réjouissante ! La GVB Assurances privées SA a bouclé ses comptes sur un bénéfice pour la troisième fois consécutive, notamment grâce à la forte demande suscitée par l’assurance en cas de séisme GVB Terra. La GVB Services SA est devenue l’un des leaders de la consultation en matière de protection incendie dans le canton de Berne. Nous voulons maintenant étendre nos efforts à toute la Suisse. Dans ce contexte, nous avons ouvert une première succursale à Zurich, ce qui nous a permis de renforcer et d’élargir l’équipe de manière professionnelle.

Les efforts consentis pour lutter contre le réchauffement climatique restent importants.
Ueli Winzenried :
 Oui. Et c’est absolument indispensable : 2017 a en effet été à nouveau l’une des années les plus chaudes depuis le début des mesures et des relevés de température. Dans un rapport, l’Organisation météorologique mondiale (OMM) a souligné que 2017 entrerait dans l’histoire pour ses événements naturels extrêmes, renvoyant aux températures de plus de 50 degrés Celsius en Asie, aux cyclones qui ont balayé les Caraïbes, aux terribles inondations dans les régions de mousson et à la sécheresse en Afrique orientale. Selon l’OMM, cette augmentation des températures et le nombre accru de catastrophes naturelles sont clairement imputables aux émissions de gaz à effet de serre.

Jörg Kaufmann : C’est pour cette raison que nous voulons assumer notre responsabilité en tant qu’entreprise : dans le cadre de notre stratégie climatique, nous avons pu réduire, pendant les derniers dix ans, de 35 pour cent les émissions de COpar employé. Et ce n’est pas tout, puisque nos collaborateurs du service externe seront équipés de véhicules électriques à partir du printemps 2018. De plus, l’AIB financera ces dix prochaines années une nouvelle chaire professorale à l’Université de Berne dédiée aux conséquences du réchauffement climatique sur l’économie et la société.

« L’AIB financera ces 10 prochaines années une chaire professorale à l’Université de Berne. »
  • Jörg Kaufmann, président du conseil d’administration, AIB