Assurance immobilière Berne (AIB)

L’exercice 2018 aura été tumultueux : avec 128,6 millions de francs, le montant total des dommages est nettement plus important qu’en 2017 (95,8 millions). Les principales causes sont la tempête Eleanor et la situation géopolitique compliquée qui ont eu une influence négative sur les marchés des capitaux.

Le 3 janvier 2018, « Eleanor » s’est abattue sur la Suisse, occasionnant près de 1,8 milliard de francs de dommages. Dans le canton de Berne également, la tempête a laissé à bien des endroits des images de désolation : ainsi, quelque 20 000 déclarations de sinistres sont parvenues à l’AIB. Le montant total des dommages a atteint environ 35 millions de francs, soit plus de la moitié de tous les coûts occasionnés par les catastrophes naturelles sur l’ensemble de l’année 2017.

Pour 2018, le montant total des dégâts s’est élevé à 128,6 millions de francs (2017 : 95,8 millions de francs). Les dommages dus aux éléments naturels ont généré des coûts de l’ordre de 83,5 millions de francs (2017 : 59,2 millions de francs), alors que les dégâts causés par des incendies se sont élevés à 45,1 millions de francs (2017 : 36,6 millions de francs). Les chiffres, nettement plus élevés que ceux de l’année précédente, sont supérieurs à la moyenne de près de 114 millions de francs sur les 16 dernières années. Étant donné la situation géopolitique difficile, le rendement des placements de l’AIB a été largement inférieur aux attentes.

Étant donné l’exercice tumultueux, l’AIB ne peut pas verser de participation à l’excédent à ses clientes et clients, pour la première fois depuis six ans. Les primes resteront donc basses, et les efforts de prévention encore et toujours importants.

Depuis 2016, l’AIB a sensibilisé avec succès les propriétaires de maisons, dans le cadre d’une campagne de prévention, aux dangers que représente la foudre. L’AIB leur rembourse jusqu’à 2500 francs pour toute installation spontanée d’un système de protection contre la foudre. Dès le début, l’action a suscité un vif intérêt et l’enthousiasme ne faiblit pas : en 2018, l’AIB a versé près de 1,2 million de francs à 600 propriétaires. Au vu de la forte demande, l’AIB participera encore en 2019 au financement de systèmes de protection contre la foudre installés à l’initiative de leur propriétaire.

www.gvb.ch/protection-foudre

Le 9 juillet 2018, un feu s’est déclaré au Morellhaus en basse ville de Berne durant les travaux de construction. Ce n’est que grâce à l’intervention rapide des sapeurs-pompiers du canton de Berne que les fresques du plafond, datant de la fin du XVIIe siècle, ont pu être sauvées. C’est pour éviter de tels incidents que l’Association CasaSegura a été formée en 2017 à l’initiative de l’AIB. Son but est de protéger la basse ville de Berne des incendies grâce à l’installation de systèmes de détecteurs de fumée modernes. Des détecteurs ont été installés dans 22 bâtiments en 2018, contre 16 en 2017. L’AIB participe à hauteur de 25 % aux frais d’installation de ces systèmes.

www.casasegura.ch

En 2015, l’AIB a mis sur pied la plate-forme d’information « Heureka » pour la protection incendie. Elle permet aux architectes et planificateurs de s’informer rapidement et simplement sur les exigences en vigueur en matière de protection incendie pour les projets de construction de taille modeste. « Heureka » se réfère aux prescriptions de protection incendie actuelles et s’est désormais établie comme un outil indispensable dans toute la Suisse. Le nombre d’utilisateurs ne cesse d’augmenter depuis 2015. En 2018, on a dénombré 5500 visites en moyenne par mois, avec un temps de consultation de plus de deux minutes.

Le « Forum Brandschutz » (seulement en allemand), sur lequel les experts de l’AIB répondent à des questions spécifiques au sujet de la protection incendie, jouit d’une notoriété croissante. Il a accueilli en 2018 6600 visiteurs par mois et trois questions ont été posées en moyenne toutes les semaines.

www.gvb.ch/heureka

www.forum-brandschutz.ch

Pour que les pompiers puissent protéger efficacement contre des incendies les personnes, les animaux et les objets de valeur, un bon approvisionnement en eau d’extinction ; doit notamment être garanti. En Suisse, cette responsabilité incombe en principe aux communes qui se réfèrent en l’occurrence aux directives nationales. Le problème est que ces directives datent des années 1980 et ne répondent plus aux exigences actuelles d’un approvisionnement adéquat en eau d’extinction. C’est la raison pour laquelle la Coordination suisse des sapeurs-pompiers (CSSP) a édicté de nouvelles directives, conjointement avec tous les organes concernés ; l’AIB a elle-même grandement contribué à cette nouveauté. Les nouvelles directives de la CSSP seront en principe formellement entérinées en mars 2019 par la Conférence de l’organe CSSP, puis mises en vigueur.