Climatiquement neutre depuis sept ans

L’Assurance immobilière Berne (AIB) est l’une des premières entreprises suisses qui a demandé la certification de son engagement interne pour la protection du climat. L’entreprise, qui en tant qu’assureur contre les dommages dus aux éléments naturels est directement concernée par les conséquences du changement climatique, prend au sérieux son rôle d’exemple.

En matière d’engagement en faveur de climat, 2007 restera une année déterminante pour l’AIB: célébrant alors son 200e anniversaire, celle-ci a en effet décidé, après plusieurs années ayant vu se produire d’importants dommages, de se consacrer à la protection du climat. «En tant qu’assureur contre les dommages dus aux éléments naturels, l’AIB est directement concernée par les conséquences du changement climatique. Il est donc essentiel de sensibiliser le public en conséquence», explique Ueli Winzenried, qui a marqué l’histoire de l’AIB au cours des 20 dernières années en qualité de président de la Direction. Voilà pourquoi l’AIB a mis sur pied le «Forum national sur le climat», qui s’est tenu pour la première fois en 2007 à Thoune. Plus de 400 représentants des milieux scientifique, économique et politique y ont discuté des répercussions du changement climatique. Ce Forum est par la suite devenu le Swiss Energy and Climate Summit (SwissECS), qui a suscité l’intérêt bien au-delà de nos frontières.

Objectif: une activité commerciale neutre en CO2
Il fut ensuite décidé d’agir en faveur du climat à l’interne également. «Nous faisons figure d’exemple: nous ne pouvons attirer l’attention sur le changement climatique de manière crédible que si nous nous engageons en ce sens en tant qu’entreprise», affirme avec conviction Ueli Winzenried. Une stratégie climatique a donc été définie en 2007 avec pour objectif de réduire progressivement les émissions de CO2 et de les compenser. Ueli Winzenried a quant à lui plaidé pour que le respect des objectifs climatiques soit contrôlé et que l’entreprise soit certifiée. L’entreprise de conseil Swiss Climate, dont le label est le seul disponible sous cette forme en Suisse, a alors été choisie.

 

Félicitations du spécialiste
Tobias Jung, Senior Consultant au sein de Swiss Climate, est spécialisé dans les évaluations de durabilité et les empreintes carbone. Il salue l’engagement de l’AIB: «En identifiant rapidement ses propres sources d’émissions de CO2 et en mettant systématiquement en œuvre des mesures de réduction pertinentes, l’AIB fait figure de pionnière de la gestion du CO2 en Suisse. Comparativement parlant, cela signifie que l’AIB, malgré la hausse du nombre de ses collaborateurs, a réussi à continuellement réduire ses émissions de CO2 depuis 2007.» En 2018, l’AIB affichait encore un Key Performance Indicator (KPI) de 1,3 tonne de CO2 par collaborateur. Le spécialiste en est aussi satisfait. Il se réjouit notamment du fait que l’AIB, suite à la révision de sa stratégie climatique en 2015, est passée à la vitesse supérieure: «En remplaçant l’ensemble de sa flotte automobile par des véhicules à moteur électrique et en s’approvisionnant en courant vert, l’AIB a réduit ses émissions de CO2 de 43 pour cent au total, ce qui correspond même à 54 pour cent par collaborateur. L’impact est impressionnant.»

Médaille d’or pour l’AIB
Cet engagement est récompensé en conséquence: l’AIB est certifiée par Swiss Climate depuis 2007, et elle reçoit depuis 2013, sans interruption, le label le plus élevé Swiss Climate «CO2 Neutre» (« or »). Ce label est décerné aux entreprises neutres sur le plan climatique qui compensent au moins en intégralité les émissions de gaz à effet de serre de leurs activités commerciales principales. Il existe encore les échelons Swiss Climate CO2 Bilan (« bronze ») et Swiss Climate CO2 Optimisé (« argent »). La diversité des entreprises certifiées souligne à quel point le label Swiss Climate couvre l’ensemble des secteurs: Coca-Cola Suisse, Lidl Suisse, la Banque cantonale bâloise et Texaid sont ainsi notamment certifiées.

 

Réduction plus poussée envisageable
Tobias Jung estime que l’AIB détient encore du potentiel pour rendre son activité commerciale encore plus efficace en matière d’émissions de CO2: «Des optimisations sont possibles en ce qui concerne le chauffage et les trajets pendulaires.» En tant que prestataire de services financiers ayant des valeurs patrimoniales sous gestion comme des titres et des biens immobiliers, l’AIB a également un impact environnemental certain dans ces domaines. L’entreprise accorde aujourd’hui déjà une grande importance à des projets de construction durables et visionnaires sur le plan écologique. Le spécialiste considère que d’autres optimisations sont possibles: «À l’avenir, il vaut la peine de considérer ces domaines de manière encore plus stricte du point de vue environnemental.»

Souhaitez-vous connaître le volume d’émissions de CO2 produit par le Groupe GVB pour chaque secteur? Vous le découvrirez dans notre rapport environnemental.