Fondation culturelle de l’AIB

Rendre un peu à son prochain : telle est la préoccupation principale de la Fondation culturelle de l’Assurance immobilière Berne (AIB). Afin de contribuer à la diversité de l’offre culturelle dans le canton de Berne, elle a soutenu 282 projets au cours de l’année sous revue.

Une offre culturelle diversifiée donne vie à une région et la rend attrayante. La Fondation culturelle de l’AIB soutient donc de nombreux projets en matière de culture, de format ion, d’architecture et de sciences. Les projets retenus se démarquent par leur professionnalisme, leur caractère inno vant et un lien étroit avec le canton de Berne. En 2021, la Fondation a examiné 349 demandes et soutenu 282 projets.

Par rapport à l’année précédente, le nombre de projets soutenus a augmenté de 15 % (2020 : 245). Un constat réjouissant, qui prouve que le milieu culturel reprend lentement vie après les restrictions liées au Covid-19.

Grafiken_Kultur_Praevention_d_f_web

Soutien essentiel surtout en cette période

Le nombre de demandes reçues et de projets soutenus est toutefois encore loin de ce qu’il était avant la pandémie. Au vu des conditions difficiles, nous avons considéré qu’il était important en 2021 de soutenir les acteurs du milieu culturel conformément au but de notre Fondation et de faire connaître aux milieux intéressés des projets passionnants.

Au cours de l’année sous revue, une de nos priorités a été la mise en réseau numérique du milieu culturel. À cet égard, nous avons soutenu diverses plateformes qui permettent l’organisation d’événements virtuels par streaming. La plateforme Bühnen Bern en est un exemple. Par ailleurs, notre attention s’est portée de manière ciblée sur des projets inter générationnels.

De la maison Anker au Centre Albert Anker

Un de ces projets est celui nommé « de la maison Anker au Centre Albert Anker ». « Il expose de manière moderne à un large public des images et dessins d’Albert Anker. Il en assure aussi la conservation pour les générations futures »,  explique Alexander Pulver, directeur de la Fondation culturelle de l’AIB. Des visites guidées et ateliers pour personnes de tous âges sont aussi prévus. Le projet a convaincu notamment en raison de son caractère durable et intergénérationnel.

Le projet comprend la construction d’un pavillon artistique protégé contre l’incendie et le vol dans le jardin de la maison Anker à Anet. « Nous avons plusieurs centaines de dessins et d’aquarelles, mais aussi des écrits et des photos issus de la succession », explique Matthias Brefin, arrière- arrière- petit- fils d’Anker. Il est vice-président de la Fondation  Albert- Anker-Haus et représente la famille fondatrice. « Le pavillon accueillera des expositions temporaires aux thématiques différentes ainsi qu’un entrepôt sécurisé. » La ferme dans laquelle a habité Anker, qui date du début du XIXe siècle, sera elle aussi réaffectée. Elle sera non seulement modernisée sur le plan architectural mais aussi sur le plan organisationnel et technique à des fins didactiques. « L’atelier de mon aïeul dans les combles ne sera par contre pas modifié », précise Matthias Brefin. L’accès aux combles sera toutefois amélioré. « Cette pièce sera en effet un point d’attraction majeur du futur musée. »

Préserver un foyer de valeurs culturelles

Le Centre Albert Anker proposera aussi davantage d’activités aux visiteurs, par exemple pour les familles et classes d’école. Il sera ainsi possible d’expliquer comment Albert Anker produisait des couleurs à partir de pigments ou des tuyaux de plume à partir de plumes d’oie. « Anker savait parler aux enfants et contribuait à leur formation. J’aimerais transmettre cet héritage », poursuit Matthias Brefin.

Pour lui, le projet « de la maison Anker au Centre Albert Anker » est aussi synonyme de lâcher prise. Sa mère et lui ont vécu dans cette maison. « Au fil des décennies, elle est devenue si chère à mon cœur », confie-t-il. « Mais je veux que ce foyer de valeurs culturelles soit accessible à tous et ne tombe pas dans l’oubli. »

La Fondation culturelle de l’AIB a volontiers accédé à ce souhait.

Matthias Brefin Kulturstiftung